Ma vie

franFrancie Mégevand,

C’est par mon enfance que j’ai appris la puissance de la solidarité collective.

8 ème enfant d’une famille de paysans de Haute-Savoie, mon père s’est tué dans un accident de travail lorsque j’avais 6 ans.

Comme nous étions fermiers, ma mère s’est retrouvée sans ressources. Pour nous faire vivre, elle a utilisé ses talents de couturière. Ma soeur (20 ans) et mon frère ainés (17 ans) ont interrompu leurs projets de vie pour aller travailler.

 

Tous ensemble, nous nous sommes mobilisés pour que chacun réussisse sa vie. Grâce à eux et en travaillant pendant les grandes vacances depuis l’âge de 15 ans, j’ai pu faire des études supérieures.

Et je ferai tout ce qui est possible pour que l’école soit ce qu’elle a été pour moi : une vraie chance de promotion professionnelle et sociale.

Aujourd’hui, j’ai 64 ans, mon mari et mes 3 garçons sont fiers de moi et me soutiennent dans mes engagements.

One comment

  1. Caireau Rouslan dit :

    Je vous félicite et je vous souhaite realise votre programme Nouveau Souffle pour Eybenois et eybenoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.